* *

Texte à méditer :  « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est,
 pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus
 indispensable des devoirs. »
  
Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793, Article 35
* *
Articles

Fermer Electromagnétisme

Fermer Energie libre

Fermer Environnement

Fermer Institutions

Fermer Médecine

Fermer Médecines parallèles

Fermer Pandémie

Fermer Société

Fermer Vaccins

Fermer Alimentation

Fermer Bankster

Fermer Big Brother

Archives

Fermer Climat

Fermer Electromagnétisme

Fermer Energie libre

Fermer Environnement

Fermer Institutions

Fermer Médecine

Fermer Médecines parallèles

Fermer Pandémie

Fermer Société

Fermer Vaccins

Fermer Bankster

Fermer Big Brother

Nouvelles des Amis - Flux RSS
Recherche



Webmaster - Infos
Visites

 111116 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Facebook
gyslogo.gifMédecines parallèles - Médecines douces au front

Médecines douces au front


Article paru dans L’EXPRESS de Neuchâtel le 22 avril 2005 par Christian Imsand


Le texte inséré en rouge sont mes réflexions


SANTÉ À la veille de la décision de Pascal Couchepin, les praticiens qui recourent à des pratiques alternatives font pression. L’enjeu est le catalogue des prestations remboursées par l’assurance de base.

Les représentants des cinq médecines complémentaires qui cherchent à se faire reconnaître définitivement aux côtés de la médecine conventionnelle sont montés hier à Berne pour faire entendre leur voix. Depuis 5 ans, l’homéopathie, la médecine anthroposophique, la médecine traditionnelle chinoise, la phytothérapie et la thérapie neurale sont remboursées par l’assurance de base pour autant qu’elles soient pratiquées par un médecin. Le 30 juin, cette période d’essai prend fin.

Il appartient à Pascal Couchepin de décider si l’exercice doit être reconduit. Les praticiens sont inquiets et ils ne manquent plus une occasion de faire pression. Ils s’en prennent notamment à la politique d’information de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) qui leur a interdit de faire des résultats de l’étude scientifique sur laquelle le chef du département de l’Intérieur doit appuyer sa décision. La menace de poursuites judiciaire les a aussi empêché d’en débattre lors du congrès spécialisé qu’ils on mené hier après-midi.


Belle image de la démocratie et des droits de l'homme. On empêche des médecins de divulguer leurs résultats et d'en débattre librement et ceci sous la menace ! De quoi a peur M. Couchepin ? Ou devons nous nous poser la question "de quoi ont peur nos lobbys pharmaceutiques " qui contrôlent nos dirigeants ? Que la vérité éclate au grand jour ? Qu'ils nous mentent depuis le début ? Qu'ils sont responsable du plus gros génocide depuis la seconde guerre mondiale en tuant plus de personnes qu'ils n'en sauvent et rendent malade plus de personnes qu'ils n'en soignent tout en nous empêchant d'avoir accès a des traitements efficaces?


Surprenante décision Pour l’Union des sociétés suisses de médecines complémentaires, l’interdiction de publier des résultats scientifiques est une atteinte à la pratique courante de la science. Le porte parole de l’OFSP, Daniel Dauwalder, tempère ces propos. « Il s’agit d’une étude commandée par la Confédération. Il est normal que les données soient confidentielles. Les résultats appartiennent au mandataire ». Le porte parole assure cependant que le rapport final sera publié après la prise de décision de Pascal Couchepin. Il souligne par ailleurs que les premières données étaient à disposition des milieux concernés pour étoffer la demande de reconnaissance qu’ils ont déposé auprès de la commission des prestations. Celle-ci va émettre des recommandations à l’intention de Pascal Couchepin, tout comme l’OFSP. Mais la décision finale appartient au chef du département de l’Intérieur.


Monsieur D. Dauwalder, auriez-vous oublié que nous sommes en DEMOCRATIE ? La Confédération c'est le peuple et nous avons le droit d'avoir accès à ces données car c'est avec notre argent que cette étude a été payée et la décision finale n'appartient pas à M. Couchepin, mais au peuple !


Au nom de quel article de loi interdit-on de publier des résultats scientifiques ! De quoi avez-vous peur, vous et vos petits copains de la grande fraternité occulte ?


Des méthodes efficaces Hier, les représentants des médecines complémentaires se sont efforcés de démontrer que leurs méthodes étaient « efficaces, adéquates et économiques », comme l’exige la loi sur l’assurance-maladie. Ils soulignent que leurs médicaments coûtent généralement moins cher et provoquent bien moins d’effets secondaires. En 2003, ces traitements n’auraient constitué que 0,16% des coûts à la charge de l’assurance de base.

« Ces données ne proviennent pas de chez nous », rétorque Yves Seydoux, délégué aux affaires publiques de Santésuisse. « Les assureurs ne disposent pas de données permettant de différencier les coûts. Ces cinq disciplines sont pratiquées par des médecins. Ils établissent des factures globales qui ne permettent pas de distinguer ce qui relève de la médecine complémentaire et ce qui relève de la médecine classique ».


Il est bien compréhensible que ses données ne proviennent pas de Santésuisse, étant donné que cette institution est depuis toujours sous le contrôle des lobbys pharmaceutiques. Mais ceci n'exclut pas que les dites données sont fiables, contrairement aux habituels mensonges qui émanent de cette institution.


Je pense au contraire qu'il est parfaitement possible de chiffrer les coûts réels de ces actes. Je vous rappelle que nous sommes à l'ère de l'informatique, à moins que nos assureurs gravent encore leurs données sur de la pierre, ce qui peux éventuellement justifier le coût exorbitant des primes.


Les praticiens des médecines complémentaires ont aussi fait état d’un sondage selon lequel 87% des personnes interrogées seraient favorables au maintien des cinq disciplines dans le catalogue de l’assurance de base. Une manière de faire pression sur la prise de décision politique puisque les mêmes milieux s’apprêtent à déposer une initiative populaire exigeant la reconnaissance de toutes les médecines complémentaires, à la seule condition qu’elles soient pratiqués par un médecin. Cette extension des prestations s’oppose à une initiative de l’UDC, déjà déposée, qui vise le but contraire. Cela pourrait pousser Pascal Couchepin à privilégier la voie du milieu. / CIM


87% des personnes interrogées sont favorables au maintien des cinq disciplines dans le catalogue de l'assurance de base. Que vous faut-il de plus ? Ah oui, j'oubliais que la santé du peuple passe après l'économie basée sur l'autodestruction.


Il serait normal que toutes les thérapies holistiques soient prises en charge, pratiqués par un médecin ou un thérapeute et que l'on restreigne les remboursement de la médecine allopathique au maximum, ceci afin de pouvoir enfin garantir une médecine basée sur la santé et le bien être. Vous serez surpris des économies réalisés, car une personne en bonne santé ne coûte pas cher !


COMMENTAIRE par Christian Imsand

Un « fait du prince » frustrant

Le compte à rebours a commencé pour les médecines complémentaires. On saura le 30 juin au plus tard si l’homéopathie et les quatre autres méthodes alternatives figurant à titre d’essai dans le catalogue des prestations de l’assurance de base continueront à être remboursées. La tension monte parmi les praticiens. Ils ne ratent plus une occasion de dénoncer les méthodes utilisées pour évaluer leur travail et le manque de transparence des autorités. Selon eux, les médecines complémentaires ont amplement démontré leur efficacité. Ils en veulent pour preuve un sondage qui indique que la majorité des personnes interrogés les apprécie et souhaite conserver le libre choix de la méthode thérapeutique.


Mais un sondage ne fait pas le printemps. Pascal Couchepin se soucie peu de sa popularité et il s’apprête à prendre une décision politique. Il doit se décider s’il veut ouvrir le catalogue au risque de voir s’engouffrer dans la brèche toute une série d’autres médecines complémentaires, ou s’il veut le fermer pour mieux résister aux groupes de pression qui préconisent la réduction des prestations prises en charge. Ce choix laisse peu de marge à l’aspect médical, d’autant que Pascal Couchepin a laissé entendre qu’il n’était pas un grand fan des médecines complémentaires. On s’achemine vers un « fait du prince » qui pourrait frustrer bien des citoyens.


M. Couchepin se soucie peu de sa popularité face au peuple, mais fait tout pour rester populaire aux lobbys et autres sociétés secrètes. Que faites vous aux réunions des Bilderberger, M. Couchepin ? Vous complotez contre le peuple ? N'oubliez pas que l'on vous paye grassement, vous et vos collègues, les 7 singes et ceci à vie ! Permettez moi de vous dire, M. Couchepin, que cela nous est totalement égal que vous ne soyez pas un fan de la médecine holistique et que la décision que vous allez prendre est politique, c'est à dire sous contrôle du peuple, votre employeur. Il y a des gens qui se sont retrouvés au chômage pour moins que ça !


Avant de crier au scandale, il faut cependant se demander quel est le niveau des primes d’assurance maladie que l’on est disposé à assumer. Même si les médecines complémentaires sont en soi peu onéreuses, elles conduisent à un surcoût car les patients y recourent en général une fois qu’ils ont épuisé le potentiel de la médecine conventionnelle. Pour bien des patients, cette recherche de méthodes alternative est sans fin. On peut leur demander de la prendre en charge eux-mêmes sans que ne se profile le spectre d’une médecine à deux vitesses. /CIm


Les coûts des primes de l'assurance maladie sont élevés car l'on maintient les gens dans un état de maladie. Comment peut-on encore croire que nous avons une des meilleures médecines au monde alors qu'elle nous coûte quelques milliards de plus chaque année. La médecine est censée soigner les gens. Des personnes en bonne santé ne font pas exploser les coûts !


Le couperet s'est abattu le 3 juin 2005. Les médecines parallèles susmentionnées ne seront plus pris en charge par l'assurance de la maladie de base (LE MAL). Ainsi en a décidé ce cher M. Couchepin et les chambres fédérales malgré que plus de 80% de la population sont favorables aux médecines dites douces.


Une chose est claire !!!!! Nos gouvernements et autres institutions censés représenter le pouvoir du peuple sont depuis longtemps sous contrôle (mental) de lobbys industriels et sociétés occultes auxquelles ils participent activement et n'ont en rien à foutre de vous, tant que vous payez et fermez votre gueule !!!!!!!

Alors, arrêtez de payer et ouvrez votre gueule et l'on verra bien qui commande ! Arrêtez d'avoir peur des hommes de main de la mafia gouvernementale (justice, police, poursuites, faillites etc. etc.) Ils sont tous hors la loi et sans notre apport financier ils ne sont rien du tout !

A bon entendeur et vive la DÉMOCRATIE !


Une employée de l'OFSP (Office Fédéral de la Santé Publique) est licenciée pour avoir divulgé un document où Mr. P. Couchepin mandate une société de marketing (publicité) pour mettre en place une campagne de désinformation dont le but est d'inciter le peuple à voter contre les médecines parallèles.

Eh oui, au cas ou vous ne le sauriez pas, Mr. P. Couchepin est membre de la plus puissante société secrète, LES BILDERBERGER mad, dont le but n'est entre autre que de nous supprimer les médecines douces au profit des lobbys pharmaceutiques.


Date de création : 06/12/2004 - 04:00
Dernière modification : 28/02/2013 - 20:48
Catégorie : Médecines parallèles
Page lue 882 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

cadeau.gifSpécial !

 

quandtoutvamaloq4.jpg

Lien streaming

http://www.thrivemovement.com/the_movie

Les remèdes à ces conditionnements contre-nature ? Commençons par tisser des liens plus avancées entre la véritable Science, la Conscience, le militantisme… car NOUS sommes la Solution… et THRIVE nous propose des idées concrètes, l’autonomisation, des stratégies audacieuses sans précédents, afin de récupérer le Pouvoir sur nos vies et notre avenir.



Peuple Suisse, pensez-vous vraiment que ces personnes représentent votre souveraineté et sont à votre service ?








 



Texte à méditer :  « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est,
 pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus
 indispensable des devoirs. »
  
Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793, Article 35
^ Haut ^